Les voiries et les réseaux divers (VRD)

bruno, John

La mise en œuvre des VRD est une étape importante dans la construction. Ces travaux sont soumis à des réglementations et des normes.

Les règles et les généralités

Les travaux d’assainissement consistent à raccorder les réseaux, les conduites et/ou évacuations des eaux aux réseaux publics. Il est nécessaire de prévoir l’emplacement de chaque composante des voiries avant d’entamer les travaux de terrassement. En effet, la mise en œuvre du terrassement et celle de la VRD doivent coïncider car elles sont effectuées en même temps.

Il existe deux types de travaux de VRD :

  • La viabilisation d’un terrain ou d’un lotissement : cette partie consiste à rendre une parcelle accessible ; par une voie routière, par une prise pour alimentation en eau potable (AEP), aux réseaux divers et aux assainissements (EP et EU). Cette étape est à la charge du lotisseur.
  • Les VRD proprement dit, ceux-ci sont à la charge du propriétaire du terrain. Elle consiste à brancher les réseaux individuels (réseaux de la parcelle du particulier) aux les réseaux collectifs (réseaux mise en place lors de la viabilisation du lotissement ou réseaux publics).

Choix du positionnement des réseaux


Le premier choix de disposition des VRD

Cette première variante consiste à disposer les réseaux sur les côtés du bâtiment car le vide sanitaire est non visitable. Sur le côté Nord-est, nous avons placé dans une même tranchée le réseau électrique et le câble puis nous avons installé l’eau potable au-dessus de l’évacuation des eaux usées ; l’évacuation et les cuves de rétention d’eau pluviale se trouvent sur le côté Sud-ouest.

  • Avantage : pour ce cas de figure, il n’y a que deux tranchées à réaliser.
  • Inconvénient : selon la norme NF P 98-332, c’est le câble qui doit être placé sur le lit supérieur avec un enfouissement hors gel de 60cm minimum et les autres réseaux sont distancés de 20cm de lit de sable minimum plus le diamètre des tuyaux et des gaines. Ainsi, on arrive à une tranchée de 130cm minimum qui nécessite des dispositifs de mise en sécurité lourds et un volume de remblai de sable très conséquent sur le côté Nord-est.
Le deuxième choix de disposition des VRD

Pour cette seconde variante, nous avons séparé les réseaux avec les évacuations afin d’éviter les tranchées trop profondes. Nous avons gardé l’emplacement du réseau électrique, le câble et l’eau potable du choix n° 1 et placé toutes les évacuations sur le côté Sud-Ouest.

  • Avantage : la profondeur maximum pour les tranchées varie entre 90 et 100cm. De plus, les réseaux entrants et sortants sont bien distincts.
  • Inconvénient : la longueur des tranchées est plus importante que celle de la variante 1. Il y a plusieurs nœuds ou changements de direction qui nous obligent à mettre des raccords et/ou des regards de visite car ce sont des endroits susceptibles d’être bouchés.
Le troisième choix de disposition des VRD

Pour la variante 3, nous avons essayer de trouver le juste milieu pour les deux choix précédents. Les objectifs étant d’éviter la réalisation de tranchées trop profondes et de limiter au maximum le nombre de nœuds et de coudes. Pour cela, nous avons tiré les réseaux entrants tout droit sous le vide sanitaire jusqu’au boîtier énergie et télécom.
Les évacuations d’eau pluviale et les cuves de rétentions ne posent aucun problème et nous avons mis celles des eaux usées sur le côté Nord-est pour éviter les coudes et les raccords sous le vide sanitaire. La question de la profondeur des tranchées ne se pose plus du fait que les réseaux entrants et les réseaux d’évacuation ont été placés séparément.

Les inconvénients de ce choix sont :

  • L’augmentation du nombre de tranchée à réaliser.
  • L’obligation de mettre des tubes rallonge de visite et d’entretien sur chaque changement de direction et sur chaque embranchement.
Le quatrième choix de disposition des VRD

La variante numéro 3 a été retenue, car elle combine les avantages des deux premiers choix. Nous avons alors modélisé la variante 3 sur un logiciel 3D, et nous avons constaté que des tuyaux du réseau EU traversent les longrines et les pieux. Pour respecter les pentes des choix précédents, il faudra également des tranchées très longues et assez profondes à certains endroits. La solution finale adoptée était de faire passer l’évacuation des EU sous la dalle.

  • Avantage : diminution de la longueur du réseau EU, des changements de direction et des embranchements.
  • Inconvénient : le tringlage en cas de panne doit se faire directement dans les chaises des toilettes ; il y a un changement de direction sous la dalle, mais nous avons prévu d’y mettre une culotte en Y et un tube rallonge pour les éventuels entretiens.


Choix de l’emplacement des cuves de rétention et des regard EP

Afin d’éviter les tranchées trop profondes et pour que les cuves soient accessibles, elles ont été placées parallèlement à la prise des eaux pluviales.
Nous avons alors placé ces dernières sous la terrasse ; elles seront accessible par une trappe d’accès. Ainsi, les tranchées peuvent être exécutées en même temps que la plateforme du bâtiment du fait qu’elles soient placées à proximité de la maison.

Type de composants et de mise en œuvre

Pour le choix des composants de nos réseaux d’assainissement, nous avons fait des simulations avec des modélisations en 3D très détaillées.
Nous avons étudié deux possibilités de système d’assainissement et de mise en œuvre.

  • Assainissement avec des regards sur les changements de direction et les embranchements ; une méthode souvent employée sur les chantiers.
  • Assainissement avec des culottes à 45° et des allonges de visite, une technique assez rudimentaire mais très astucieuse.
Mise en œuvre des évacuations des eaux usées avec des regards en béton

Le principe pour cette méthode est de mettre un regard sur chaque embranchement et chaque changement de direction pour faciliter le tringlage si le réseau est bouché.

  • Avantage : La facilité de l’entretien et du dépannage.
  • Inconvénient : au total il y a quatre embranchements et trois changements de directions pour l’évacuation des EU, nous avons donc besoin de sept regards au minimum pour sa mise en œuvre. Les regards sont pour la plupart placés à une profondeur d’un mètre d’où la nécessité d’utiliser des rehausses de regard. Pour un regard placé à 1m de profondeur il nous faut quatre rehausses de 20cm de hauteur à 20 €/pièce.
Evacuation avec des culottes et des embranchements munis de rallonge oblique

Vu le prix des regards et des rehausses du premier choix, nous avons cherché d’autres solutions afin de réduire le coût de la mise en œuvre de l’évacuation des EU. D’après les retours d’expérience des collaborateurs de Bilp, il est possible d’utiliser des tubes rallonges en PVC pour les visites et les entretiens. Comme mentionné ultérieurement, c’est au niveau des changements de direction qu’il y a le plus souvent des obstructions. Donc, nous avons placé successivement deux culottes et embranchements simples : le tube rallonge est placé sur l’un des Y avec un angle de 45°. L’utilisation des culottes et des embranchements 45° facilite le tringlage en cas de panne.
L’inconvénient pour ce système est de savoir si les rallonges qui sont placés en position oblique avec une hauteur de plus de 1,50m vont supporter la pression due au tassement du terrain.

Evacuation avec des culottes et des embranchements munis de rallonge verticale

L’utilisation des rallonges de visite et d’entretien est vraiment attractif sur l’aspect économique du projet, alors nous avons cherché une solution pour pallier au positionnement à l’oblique des tubes rallonges. Nous avons opter pour l’utilisation des culottes et des embranchements avec un angle de 45° et puisqu’il nous faut un autre angle à 45° pour positionner les rallonges à la verticale ou presque nous avons choisi d’utiliser un coude à 45°.

Le résultat final